Charte de l’Eglise

CHARTE DE L’EGLISE

Notre confession de foi

  • Nous croyons en l’éternelle Trinité : Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
  • Nous croyons en l’inspiration par Dieu, l’infaillibilité, la vérité, l’autorité et en la perfection (l’accomplissement) des Saintes Écritures.
  • Nous croyons en Jésus-Christ, l’éternel Fils de Dieu, le véritable Dieu et véritable Homme, qui est venu au monde par la conception du Saint-Esprit et est né de la vierge Marie, a vécu une vie sans péchés, est volontairement mort sur la croix pour les péchés de chaque homme, est ressuscité et s’est élevé, et s’est assis à la droit du Père.
  • Nous croyons en l’Esprit Saint, en tant qu’entité de la Trinité divine, qui se manifeste dans la création, la transformation, la rédemption ; réprimande le monde, glorifie Christ, fait naitre de nouveau les pécheurs et transforme les croyants.
  • Nous croyons que l’homme a été créé à l’image de Dieu, et qu’il a perdu son état sans péchés et s’est détourné de Dieu par la ruse de satan et la désobéissance. Ainsi, toutes les personnes dans leur état naturel sont des pécheurs.
  • Nous croyons que le salut est une grâce de Dieu, se basant sur le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ, et non sur le mérite et les actions de l’homme. Ce rachat est accompli uniquement par la foi en Jésus-Christ, comme le Sauveur de chaque homme et en l’Esprit Saint qui vit en nous.
  • Nous croyons que chaque chrétien né de nouveau doit, en se basant sur sa confession de foi, être baptisé d’eau, devenir membre d’une église locale, et accomplir la volonté de Dieu.
  • Nous croyons au baptême du Saint-Esprit, avec le signe de parler en langues.
  • Nous croyons que l’Église Universelle est le Corps et l’Épouse de Christ et est composée de chrétiens nés de nouveau de tous les temps et de tous les peuples, dont chacun est baptisé dans le Corps du Christ par le Saint-Esprit.
  • Nous croyons que Jésus-Christ reviendra dans la puissance et la gloire pour prendre Son Église, ce qui est l’espoir et le désir sincère de chaque croyant.
  • Nous croyons que tous les gens ressusciteront, les croyants pour la gloire éternelle, et les non croyants pour la perdition éternelle.

Charte de l’Église «Bonne Nouvelle»


1. Reconnaitre que les Saintes Écritures sont inspirées par Dieu

1) Nous croyons profondément que tous les livres des Saintes Écritures ont été écrits sous l’inspiration de Dieu (2 Pierre 1:21 « mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu » ), (Matthieu 5:17 « Je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir » ), pour révéler aux hommes le plan parfait de rédemption de Dieu (Jean 5:30 « parce que Je ne cherche pas Ma volonté, mais la volonté de Celui qui M’a envoyé » ).
Ainsi, nous voyons en LUI le Fondateur du Nouveau Testament, l’unique Chef de l’Église (Éphésiens 1:22) et la Parole Vivante de Dieu transmise aux hommes, qui nous sont révélés dans les Saintes Écritures.

2) Nous croyons profondément qu’il n’y a pas d’autres livres, par leur valeur ou leur contenu, supérieurs ou mis au même niveau que les Saintes Écritures ; car le seul livre qui nous donne des informations absolument véritables concernant la volonté de Dieu, le salut des pécheurs, les biens et les espérances de tous les enfants de Dieu et la vie d’au-delà, est la Bible. Ce que nous serions sans ce livre divin peut être clairement observé au travers de la vie de ces peuples aborigènes qui ne sont toujours pas en possession de la Bible (Psaumes 115:5-7 « elles ont des yeux mais ne voient pas, elles ont des oreilles mais n’entendent pas » ).

3) Tout raisonnement humain vis-à-vis de Dieu et de Son salut parfait, qui ne repose pas sur des passages clairs et nets des Saintes Écritures, et toute parole inventée de l’homme, nous les déclarons trompeuses. C’est pourquoi, Dieu dans Son Amour, avertit les gens de ne rien ajouter ni enlever de la Parole de Dieu (Deutéronome 4:2 « Vous n’ajouterez rien à ce que Je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien »), (Proverbes 30:5-6 « Toute parole de Dieu est pure. […] N’ajoute rien à Ses paroles, de peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur » ), (Apocalypse 22:18-19). Par conséquent, nous nous basons sur l’autorité de la Parole de Dieu pour toutes questions de foi et de vie. Les principes qui nous guident ne viennent pas de l’homme, mais de DIEU.

4) Étant donné que la Vérité de notre Dieu est éternelle (1 Pierre 1:25), car elle repose sur le trône du Dieu Tout-Puissant, nous croyons que ces principes ne peuvent pas vieillir ou ne plus être à la mode, car ils sont fondés sur la Parole éternelle de notre Dieu (Matthieu 24:35 « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point » ). Mais, nous savons aussi que « chaque plante (c’est-à-dire, traditions des ancêtres : Colossiens 2:8 « Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ » ), qui n’a pas été plantée par le Père céleste, sera déracinée » (Matthieu 15:13).

L’Église de Dieu sur terre n’est pas appelée à être une institution juridique, mais d’être un organisme vivant, soumis à la volonté du Créateur (Matthieu 6:10 « que Ton règne vienne ; que Ta volonté soit faite). Notre vocation est d’être des enfants de Dieu obéissants (Actes 5:29), (Corinthiens 10:5), (2 Thessaloniciens 3:14).
Efforcez-vous de vous donner entièrement au Christ, pour accomplir avec zèle toutes ses fonctions dans l’Église de Christ, et cette conviction nous renforce dans une vie sainte au milieu d’un monde dépravé. Cette action s’étale sur toute la vie d’un chrétien dans l’obéissance absolue et un service fidèle au Christ en toutes choses (Romains 6:7-23), (2 Corinthiens 2:9). Nous nous tenons à cette position au nom du Seigneur Jésus-Christ appelant à « se soumettre à Christ », comme il est bon non seulement pour nous mais aussi pour les autres (Romains 1:14-18), « L’obéissance vaut mieux que les sacrifices » (1 Samuel 15:22).


2. Les membres de l’Église « Bonne Nouvelle »

Qu’est-ce qu’être membre de l’Église ?

Comme la brebis sans troupeau, le footballeur sans équipe, le soldat sans armée, le trompettiste sans orchestre, l’enfant sans famille, ainsi le chrétien ne peut pas vivre une vie spirituelle et se développer sans Église. Sans Église, le chrétien n’est pas capable de surmonter l’influence du monde pêcheur qui l’entoure ((Matthieu 16:18). Suivre le Christ, ce n’est pas seulement une question de foi, mais cela soulève également en nous une certaine appartenance. Si le chrétien ne s’avère pas être celui pour lequel il a été créé et ne s’est pas consacré à une communauté concrète, alors il va rapidement se dessécher et mourir spirituellement ((1 Timothée 3:15).

Actes 2:41-42 « Un grand nombre d’entre eux acceptèrent les paroles de Pierre et furent baptisés. Ce jour-là, environ trois mille personnes s’ajoutèrent au groupe des croyants. Tous s’appliquaient fidèlement à écouter l’enseignement que donnaient les apôtres, à vivre dans la communion fraternelle, à prendre part aux repas communs et à participer aux prières ».

Accepter les membres dans la communion. L’adhésion de nouveaux membres à l’Église Universelle et Invisible de Dieu se fait par le Seigneur Lui-même et ne peut pas être remplacé par quelqu’un d’autre ((Actes 2:47 « Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés » ), mais le droit d’accepter ces personnes dans la communion locale est accordé par chaque Église locale indépendante, tout en étant en accord avec l’ordre prévu par le Seigneur ((Actes 2:41). Dans (Romains 14:1, nous lisons de quelle façon l’apôtre Paul enseigne à l’Église romaine de « faire accueil à celui est faible dans la foi » , ce qui indique que le droit d’accepter les membres dans une Église locale appartient exclusivement à l’Église elle-même, et personne d’autre. Sur la base des Saintes Écritures, toutes les personnes qui sont nées de nouveau et se considérant comme chrétien, doivent rejoindre et faire partie d’une Église locale. Ce rattachement doit être entièrement volontaire, et son appartenance à elle – de sa propre volonté et par conviction de son cœur (Actes 2:41 ; 2 Corinthiens 8:5 « mais ils se sont d’abord donnés eux-mêmes au Seigneur, puis à nous, par la volonté de Dieu » ). Cette décision doit être le fruit de la foi, qui vient d’un cœur purifié, étant unifié par la suite à l’esprit d’unité. C’est pourquoi le droit d’appartenance à l’Église locale appartient exclusivement aux personnes qui ont une foi vivante en Jésus-Christ, sont prêts à écouter le Seigneur et à accomplir Sa sainte volonté, faisant confiance à Jésus-Christ comme le seul médiateur entre Dieu et les hommes, et Le servir en paroles et en actes, où et comme cela lui est possible.

Suite à ce qui a été précédemment dit, les personnes acceptées dans une Église locale sont ceux qui, croyant en Jésus-Christ, se sont DÉJÀ fait membre de l’Église Universelle et Invisible de Dieu, c’est-à-dire au sein des membres d’une Église locale doivent être acceptés uniquement les personnes qui « se sont d’abord donnés eux-mêmes au Seigneur, puis à nous – à l’Église » 2 Corinthiens 8:5. Seuls ces membres-là peuvent être une bénédiction pour l’Église elle-même – à laquelle ils se rattachés – et pour le monde parmi lequel ils vivent ; En revanche, une attitude négligente à ce principe biblique cause beaucoup de chagrin et d’ennuis à l’Église elle-même, et blasphème le Nom glorieux de notre Seigneur Jésus-Christ ((1 Corinthiens 3:12-15).

Peut être membre de l’Église celui, qui :
1. Mène un mode de vie chrétien partout et toujours (par exemple : dans le comportement, le langage, l’habillement, etc.).
2. Cherche à témoigner de Jésus à ceux qui l’entourent à travers sa vie et ses paroles.
3. Passe quotidiennement du temps avec Dieu, en lisant la Bible et étant dans la prière.
4. Recherche un plus profond enseignement de la Bible et connaissance de Dieu.
5. Garde et protège l’unité de notre Église, agissant dans l’amour envers les autres croyants, rejetant les murmures et soutenant les décisions prises par l’Église.
6. Soutient l’Église à travers les dîmes et les offrandes.
7. Se rend continuellement aux cultes de l’Église, aux groupes de maison et aux réunions des membres (sauf en cas de raisons importantes : la maladie, le travail urgent, l’âge, etc).
8. Participe régulièrement à la Sainte-Cène, ce qui témoigne de son rattachement au Corps de Christ, à son Église et à la fidèle promesse de suivre le Seigneur.
9. Cherche à servir les autres, révélant ses dons et talents spirituels, recevant un enseignement de la part des leaders et développant un cœur de serviteur.
10. Montre de l’attention et de l’amour aux personnes présentes à l’Église.
11. Est libre des dépendances pécheresses (par exemple : de la cigarette, de l’alcool, des drogues, du langage grossier, etc).
Éphésiens 5:3 « Que l’impudicité, qu’aucune espèce d’impureté, et que la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu’il convient à des saints ».

Il a le droit de :
1. Servir dans l’Église et à l’extérieur de ses murs, en fonction de ses dons et de ses capacités.
2. Recevoir une aide spirituelle de la part des serviteurs pour sa croissance dans le Christ.
3. Recevoir des formations et des instructions dans la vie pratique chrétienne lors des réunions de l’Église.
4. Assister à tous les événements organisés par l’Église, qui supposent la participation de tous les membres de l’Église.
5. Connaitre les activités, les plans, les visions de l’Église et les événements qu’elle organise.
6. Agir librement et de façon autonome dans le cadre de la parole de Dieu et de la Charte Interne de l’Église.
7. Exprimer aux serviteurs de l’Église ses commentaires et suggestions, portant sur les différentes sphères de la vie et du service à l’Église.
8. Sortir des membres de l’Église librement et individuellement, mais également, se rattacher à une autre Église, en ayant informé à l’avance sa décision aux serviteurs.
9. Participer au vote lors des réunions des membres de l’Église au moment des décisions des différentes questions de l’Église.

La discipline de l’Église
Lorsqu’un membre de l’Église commet (Galates 5:19-20) :
• un péché contre Dieu (exemple : désobéir et aller à l’encontre des commandements de Dieu),
• un péché à l’encontre de soi (exemple : l’adultère, l’impureté, l’ivrognerie, l’encens),
• un péché à l’encontre de notre entourage (exemple : le vol, les querelles, les mensonges),
• un péché à l’encontre de l’Église (exemple : les disputes, les divisions, l’infidélité, l’attirance à la fausse doctrine, l’hérésie);
Alors, l’Église applique des mesures disciplinaires envers ces personnes dans le but d’éduquer, de conseiller et de corriger, en les exhortant dans l’amour.

Il existe quelques mesures qui s’appliquent à ces personnes, membres de l’Église (Matthieu 18:15-18) :

1. Réprimande seul à seul
Si un membre de l’Église en voit un autre pêcher, il ne doit pas en parler à tout le monde mais doit le réprimander personnellement. Cette réprimande doit se faire dans l’amour sincère vis-à-vis de cette personne, vérifiant sa situation devant Dieu. Le but est d’aider le pêcheur à voir ses actions en étant dans la lumière de La Parole de Dieu et les corriger. S’il reconnaît son péché et son incapacité à lutter contre cela, alors notre mission sera de mener une lutte spirituelle pour lui jusqu’à ce qu’il laisse ce péché. .

2. Réprimande avec témoins .

Si cette personne ne reconnaît pas son péché et continue à vivre avec, alors il est indispensable d’appeler un ou deux témoins pour confirmer la réprimande et exhorter la personne à quitter ce chemin périlleux.


3. Remarque de la part de l’Église
Quand les mesures à prendre précédemment indiquées ne montrent aucun résultat, cette question doit être portée et traitée devant toute l’Église. Sur la base de la Parole de Dieu et la décision de l’Église, le membre de l’Église qui a péché est placé sous-avertissement et une échéance est fixée pour permettre à la personne de se corriger. A partir de ce moment, il n’a plus le droit de participer à la Sainte-Cène et mener un ministère tant qu’il n’a pas restauré ses relations avec Dieu.

2 Thessaloniciens 3:14-15 : «Et si quelqu’un n’obéit pas à ce que nous disons dans cette lettre, notez-le, et n’ayez point de communication avec lui, afin qu’il éprouve de la honte. Ne le regardez pas comme un ennemi, mais avertissez-le comme un frère.»


4. Excommunication de l’Église

Qu’est-ce que l’excommunication ?
L’excommunication vise à purifier l’Église des membres pervers. Par l’excommunication, l’Église témoigne au monde de son incompatibilité avec le péché. L’excommunication d’un membre de l’Église, menant un mode de vie non chrétien, est une manifestation de l’amour envers le pêcheur – pour l’amener à la conscience et à la repentance (1 Corinthiens — chapitre 5). L’excommunication signifie un retrait de l’Église d’un membre qui ne souhaite pas abandonner le péché et s’en repentir pour se corriger (1 Corinthiens 5:2-13).
Quand s’applique-t-elle ?
L’excommunication doit s’appliquer dans des cas exceptionnels, seulement après qu’un péché ait été reconnu, lorsque le pêcheur n’a aucune volonté de s’arrêter, se repentir et se corriger.
Nos relations avec les excommuniés
L’excommunié se voit retirer tous les droits d’un membre de l’Église : il ne peut pas participer à la Sainte-Cène, ne peut pas prier ouvertement, sauf s’il s’agit d’une prière de repentance, ne peut mener aucun ministère, etc. Nos relations avec les excommuniés doivent les suivantes :
— envers les faux prophètes : « Gardez-vous des faux prophètes » (Matthieu 7:15-16)
— envers ceux qui causent des divisions : « Je vous exhorte, frères, à prendre garde à ceux qui causent des divisions » (Romains 16:17-18)
— envers les hérétiques : « Évite les discours de vains et profanes […] de ceux qui se sont détournés de la vérité. » (2 Timothée 2:16-18)
— envers ceux qui demeurent dans les péchés graves – ne communiquez pas avec ceux-là, à moins que ce ne soit dans le but d’exhorter ou réprimander (1 Corinthiens 5:11) .
Mais nous ne devons pas priver un excommunié de notre amour envers lui. L’amour peut, dans ce cas-là, s’avérer être la seule lumière qui aidera celui qui est tombé, à se relever sur le droit chemin de retour vers Dieu et vers l’Église. Notre amour doit se manifester dans le fait d’être prêt à aider cette personne à revenir à l’Église
Nos relations avec les anciens excommuniés
La Parole de Dieu parle de la possibilité pour les personnes qui ont péché de revenir dans le ministère, mais seulement après s’être sincèrement repentis, comme c’était les cas pour David et l’apôtre Pierre. L’Église a le droit de traiter de ces questions avec chaque personne individuellement.

QUELLE EST L’UTILITÉ DES MEMBRES DE L’ÉGLISE ?
1. Donne une famille spirituelle de soutien et d’encouragement à une personne dans sa marche avec le Christ. Galates 6:1-2 « Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ. » (Hébreux 10:24-25).
2. Met à disposition un lieu aux personnes, leur donnant la possibilité de révéler et d’utiliser leurs dons dans le ministère (1 Corinthiens 12:4-27).
3. Met les personnes sous la bienveillance spirituelle des leaders. (Hébreux 13:17 « Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes comme devant en rendre compte ; qu’il en soit ainsi, afin qu’ils le fassent avec joie, et non en gémissant, ce qui ne vous serait d’aucun avantage. » ; Actes 20:28-29).
4. Les membres de l’Église, c’est une liaison personnelle du croyant avec le Corps de Christ. (dans 1 Corinthiens 12:13-27 ; Éphésiens 1:22-23 « Il a tout mis sous Ses pieds, et Il L’a donné pour chef suprême à l’Église, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. » ).

1 Corinthiens 14:33 «Car Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix. Comme dans toutes les Eglises des saintes »